AccueilGéopolitique & mondialisation Français
AddThis Social Bookmark Button

PostHeaderIcon Travailler moins pour gagner moins

( 9 votes )

Année: 2012

Durée: 14' 32''

Dans cet enregistrement, l'économiste Philippe Jurgensen justifie cette proposition en apparence iconoclaste. Si l'on décompte toutes les personnes en demande d'emploi en France, on arrive à un taux de chômage de 18 %, chiffre qui monte à 25 % pour les jeunes de moins de 25 ans, et 40 % dans les banlieues défavorisées.

Aussi bien la tentative de la gauche de réduire le temps de travail sans diminution du revenu que le "travailler plus pour gagner plus" de Nicolas Sarkozy ont échoué, comme l'illustrent les chiffres cités par Philippe Jurgensen. Celui-ci propose par conséquent une approche pragmatique qui consiste à partager le travail sans que cela ne pèse sur la compétitivité des entreprises françaises ou/et sur les finances de l'Etat.

Une approche qui égratignera certes les égoïsmes individuels et l'attachement au toujours plus si ancrés dans les sociétés développées d'aujourd'hui, mais qui devrait susciter l'intérêt des partisans de la croissance zéro !

Source: Canal Académie - L’emploi : travailler plus ou gagner moins ?

Ecouter également Des Suisses et des chiffres, France, les années de vaches maigres se précisent, L’insoutenable fardeau des retraites: la jeunesse désabusée !, Décroissance et emploi, Patrick Viveret sur le RMA (Revenu Maximal Acceptable)

{enclose Travailler_moins_pour_gagner_moins.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Travailler_moins_pour_gagner_moins.mp36830 Kb
 

PostHeaderIcon L’insoutenable fardeau des retraites: la jeunesse désabusée !

( 10 votes )

Année: 2012

Durée: 16' 19''

Voici un enregistrement court, mais aussi percutant qu’un coup de tonnerre: Philippe Jurgensen, haut fonctionnaire et énarque, nous met face aux chiffres effrayants qui illustrent le déséquilibre économique croissant entre la jeune génération et les plus de 60 ans. L’économiste nous démontre qu’à l’instar de la crise de la dette ou du réchauffement climatique, la crise des retraites qui se prépare conduit nos sociétés dans le mur.

Il est paradoxal de constater que les moins de 25 ans sont de mieux en mieux formés, et pourtant ont de plus en plus de difficultés à trouver un emploi, stable qui plus est. Ils sont aussi les premiers touchés lors des restructurations. Le niveau de vie moyen des retraités égale, sinon dépasse, celui des actifs, alors que les  jeunes sont, pour 20 % d'entre eux, au-dessous du niveau de pauvreté. Ils peinent également à accéder à un logement en ville.

La démographie est implacable: le nombre de retraités augmente, ainsi que l’espérance de vie. Le pouvoir politique non seulement se dérobe devant les difficultés que révèlent les projections chiffrées, mais tend plutôt à masque la réalité. Les taux de croissance futurs sensés répondre au problème des retraites sont des plus hypothétiques en raison de la crise économique et du poids de l’endettement.

Une diminution des prestations de retraite semble donc inéluctable. Il est urgent de mettre en place un plan pour réduire les déséquilibres intergénérationnels. Avec quels ressources ? Si Philippe Jurgensen donne quelques pistes, il n’aborde pas la question de leur financement …

Source: Canal Académie - Une jeunesse sans avenir ?

Ecouter également Immigration: favoriser l’économie ou préserver l’identité ?, Travailler moins pour gagner moins, Retraites, un futur sans avenir, Perspectives démographiques pour le milieu du siècle, En route vers l'éternité

{enclose L_insoutenable_fardeau_des_retraites.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement L_insoutenable_fardeau_des_retraites.mp37650 Kb
 

PostHeaderIcon Manipulation de l’opinion et monnaie unique

( 18 votes )

Année: 2011

Durée: 2 H 19' 10''

François Asselineau est un conférencier exceptionnel. Il le démontre une fois de plus dans cette magistrale leçon de politique monétaire, laquelle est précédée de la description haletante de la tentative de manipulation de l’opinion publique qui a visé les électeurs suédois, sommés d’accepter la monnaie commune en 2003.

L’euro est un échec. Il menace désormais la construction européenne. François Asselineau, énarque, inspecteur général des finances et ancien directeur de cabinet de plusieurs ministres français, rappelle les promesses des défenseurs de l’euro après la décision de sa création par le traité de Maastricht en 1992. Une liste assez navrante puisqu’aucune de celles-ci ne s’est réalisée.

A contrario, la propagande en faveur de l’euro qui s’est déchaînée en Suède dans les 9 mois qui ont précédé le vote sur son adoption a insisté sur l’apocalypse économique qui s’abattrait sur le pays si l’euro était refusé, “promesse” qui elle non plus ne s’est pas concrétisée. Les auditeurs suisses feront sans doute le rapprochement avec la propagande qui  a sévi avant la votation sur l’Espace économique européen (EEE) en 1992 !

François Asselineau démontre de manière très percutante l’impossibilité d’une monnaie unique pour des pays aussi disparates que ceux qui appartiennent à la zone euro: il est impossible de concevoir une politique monétaire adaptée à chaque situation nationale. Une banque centrale doit pouvoir agir sur les taux d’intérêt ainsi que sur le taux de change de la monnaie du pays. L’euro est surévalué pour la France et sous-évalué pour l’Allemagne. De même, dans un pays en surchauffe, il faut pouvoir augmenter les taux d’intérêts alors que le contraire convient pour un pays en stagnation. En régime de monnaie unique, ces mécanismes n’existent pas. L’économie ainsi corsetée “se venge” en accumulant les déséquilibres, ce qui se traduit par la situation explosive qui prévaut aujourd’hui en Europe.

L’euro a été promu sur la base de projections qui se sont révélées erronées. La peur a été utilisée pour convaincre les réfractaires. Cette même peur sert aujourd’hui à persuader les Euroipéens que le coût d'une sortie de l'euro rend celle-ci impossible. Le peu de crédibilité des économistes qui ont voix au chapitre n'aide pas à se faire une opinion !

Source: YouTube - François Asselineau: faut-il avoir peur de sortir de l'Euro ?

Ecouter également L’euro, tellement d’inconvénients …, Non, nous ne sommes pas en démocratie !, La construction européenne est forcée d'évoluer vers la dictature, François Asselineau - les Etats-Unis contrôlent-ils l'Europe ?, La quadrature de l'euro, France dans 6 mois - la dictature ou l'insurrection ?, Les lignes de forces derrière l'intégration européenne, Naomi Klein - la stratégie du choc

{enclose Manipulation_opinion_et_monnaie_unique.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Manipulation_opinion_et_monnaie_unique.mp365240 Kb
 

PostHeaderIcon France dans 6 mois - la dictature ou l'insurrection ?

( 15 votes )

Année: 2012

Durée: 1 H 24' 44''

Cet enregistrement laisse voir crûment quelles sont les alternatives auxquelles fera face le gouvernement de François Hollande ces prochains mois: soit la France réduit ses dépenses sociales et flexibilise son marché du travail (suppression du CDI) pour éviter la montée des taux d'intérêts sur sa dette, soit elle conserve ses acquis sociaux et sort de l'euro (de l'UE ?). François Hollande devra donc choisir entre satisfaire les marchés ou ne pas décevoir ses électeurs.

Un document explosif sert de fil conducteur à cette émission de radio. Il s'agit d'une note confidentielle rédigée par Nicolas Doisy, chef économiste auprès d'une grande société de brokerage française, à l'intention de ses clients investisseurs. Nicolas Doisy a accepté de se faire interviewer sur le contenu de son rapport. Il explique que François Hollande s'est volontairement montré vague dans ses promesses électorales car il sait qu'il n'aura pas d'autre choix que de démanteler l'Etat social et de supprimer le CDI pour éviter que la France ne s'enfonce dans une spirale d'endettement à la grecque. Nicolas Doisy décrit comment il s'agira de manipuler l'opinion publique afin de ne pas lui donner l'impression que le gouvernement socialiste se plie à la volonté de la finance. L'économiste ne doute pas de ses conclusions: la France s'est en effet tellement endettée que sa marge de manoeuvre est nulle.

Ce qui va se passer ressemble au revirement qu'à dû consentir François Mitterrand en 1983 après 2 années de politique de gauche.

Interrogé, l’économiste Jacques Sapir juge pertinente l'analyse de Nicolas Doisy. Il explique qu'en régime de monnaie unique, le droit du travail tend à s'aligner sur le moins coûtant et le moins disant. Selon lui, François Hollande ne terminera pas son mandat en raison de l'insurrection sociale que provoquera les coups portés à l'Etat social. Alternativement, si François Hollande refuse de se conformer aux injonctions des marchés, c'est le choix de la sortie de l'euro qui s'imposera.

Rappelons que les marchés, ce sont bien sûr les spéculateurs, les banques, des investisseurs étrangers, mais ce sont également les fonds de pensions, les caisses de retraites, les assurances vie, donc l’épargne des citoyens (lire à ce propos qui détient la dette française et comment celle-ci a-t-elle évolué ?).

Source: Là-bas si j'y suis - Les financiers au coin du bois

Ecouter également Des Suisses et des chiffres, Répudier la dette, est-ce une solution ?, Puiser dans l'épargne privée pour rembourser la dette publique, France, les années de vaches maigres se précisent, Manipulation de l’opinion et monnaie unique, Crise économique: le nouveau millésime arriveLe redoutable problème de l'endettement public, La quadrature de l'euro

A voir: extraits vidéos de l'interview de François Doisy, courte intervention de l'historien et journaliste Christophe Barbier qui illustre à merveille la partie 'dictature' du titre de cet article !

A lire: transcription intégrale de l'interview de François Doisy, la note de François Doisy traduite en français

A visiter: reporterre, le site d'Hervé Kempf

{enclose France_ds_6_mois-dictature_ou_insurrection.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement France_ds_6_mois-dictature_ou_insurrection.mp339725 Kb
 

PostHeaderIcon Crise économique: le nouveau millésime arrive

( 10 votes )

Année: 2012

Durée: 1 H 12' 27''

Cet enregistrement contient une interview exceptionnelle de l'économiste et gestionnaire de fonds Olivier Delamarche. Associé aux articles fournis en hyperlien plus bas, il permet de comprendre ce qui attend les épargnants lorsque les Etats surendettés feront défaut. Avec son franc parler habituel, Olivier Delamarche explique pourquoi cette échéance est inéluctable et comment les manoeuvres financières retardant sa survenance ne font que la rendre plus douloureuse lorsqu’elle se réalisera.

Olivier Delamarche commence par rappeler l'historique de la crise de l'endettement. Il insiste sur l'enchaînement bulle spéculative - éclatement - émission monétaire - nouvelle bulle spéculative, débuté avec l'explosion des valeurs internet au tournant du siècle. Les banques, auxquelles on offre la privatisation des gains couplée à la socialisation des pertes, se chargent d'amplifier ce mécanisme !

Olivier Delamarche décrit les raisons pour lesquelles la fuite en avant est systématiquement privilégiée par les instances dirigeantes. Il explique également l'origine de l'incompétence - ou de la mauvaise fois - des économistes qui prédisent des embellies alors que le système se précipite vers la faillite.

En écoutant Olivier Delmarche, nous comprenons pourquoi il est important de savoir se détacher des sources d'information "officielles" si l'on veut tenter de limiter son exposition au cataclysme financier qui arrive. Comme dit l'adage, un homme averti …!

Source: YouTube - Révélations d'Olivier Delamarche sans langue de bois, le pire de la crise est à venir...

Ecouter également France dans 6 mois - la dictature ou l'insurrection ?, Olivier Delamarche sur la crise qui couve ...Le redoutable problème de l'endettement public, La quadrature de l'euroNotre dépendance absolue envers le système bancaire

A lire, en complément de l'interview: un excellent article qui explique les conséquences concrètes d'un défaut sur la dette, ici, les conséquences d'un défaut sont examinées plus finement en fonction du type d'économie du pays qui faillit, qui détient la dette française et comment celle-ci a-t-elle évolué ?

A voir: courte animation qui explique la genèse de la crise immobilière espagnole

Ici, quelques sources d'information financières alternatives

{enclose Crise_economique-le_nouveau_millesime_arrive.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Crise_economique-le_nouveau_millesime_arrive.mp333963 Kb
 

PostHeaderIcon Olivier Delamarche sur la crise qui couve ...

( 9 votes )

Année: 2012

Durée: 8' 36''

Une courte interview du gestionnaire de portefeuille Olivier Delamarche au franc-parler rafraîchissant, pour rappeler, s'il est nécessaire, que la situation économique des pays occidentaux ne cesse de s'aggraver. Comme l'explique Olivier Delamarche, s'il est dans le pouvoir des gouverrnements d'appliquer une politique de rigueur, la croissance, elle, ne se décrète pas. Les économies ne plongent pas (encore) du fait que les banques centrales poursuivent leur fuite en avant en facilitant le crédit, donc la création monétaire, accroissant ainsi la montagne de dettes. La situation est sans issue, et repousser sa résolution par des mesures qui requièrent du courage politique ne fait que rendre plus douloureux le remède qu'il faudra bien appliquer un jour ...

Source: BFM TV - 24 avril 2012

Ecouter également Puiser dans l'épargne privée pour rembourser la dette publique, Crise économique: le nouveau millésime arrive, Le redoutable problème de l'endettement public, La quadrature de l'euro

A lire: Autopsie d’un désastre, La Grande Peste

A voir: courte animation qui explique la genèse de la crise immobilière espagnole

{enclose Olivier_Delamarche_sur_la_crise_qui_couve.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Olivier_Delamarche_sur_la_crise_qui_couve.mp34037 Kb
 

PostHeaderIcon Notre dépendance absolue envers le système bancaire

( 7 votes )

Année: 2011

Durée: 18' 06''

Les deux courtes séquences audio disponibles en libre accès ci-dessous illustrent très concrètement le rôle vital du système bancaire pour le fonctionnement de l'économie et, de manière plus large, pour l'ensemble des sociétés qui ont dépassé le stade du troc. La question de l'opportunité de venir au secours des banques est parfois posée. Or, laisser le système bancaire s'effondrer n'est pas une option pour un Etat, sauf à accepter une paralysie complète des échanges économiques, même les plus triviaux. C'est ce qui fait dire à Frédéric Lordon dans le premier enregistrement que le système bancaire doit être considéré comme un bien public.

Le second enregistrement (à la suite du premier) contient un commentaire de Nicolas Doze sur l'action de la mi-décembre de la BCE visant à prévenir un credit crunch des banques européennes.

Que de réflexions fondamentales sur le rôle de la monnaie, des banques, le pouvoir de captation de la richesse et de mise en otage des agents économiques que détient le système bancaire, sont à retirer de ces deux enregistrements ... !

Source: YouTube - Faut-il sauver les banques, et à quel prix ? - Frédéric Lordon et YouTube - Nicolas Doze - Les impasses européennes

Ecouter également Votre épargne en danger.mp3, Financer la transition écologique par la planche à billets, Echanges sur l’euro, l’Europe, la morale …, Le cancer de la finance, Crise économique: le nouveau millésime arrive, La monnaie, monoculture ou écosystème, Fin de l'euro, ce que cela implique, Paul Jorion: le capitalisme est moribond !, Euro, le pied du mur approche

{enclose Notre_dependance_env_le_syst_bancaire.mp3}
AddThis Social Bookmark Button
Télécharger
Télécharger l'enregistrement Notre_dependance_env_le_syst_bancaire.mp38505 Kb
 
<< Début < Préc12345678910Suivant > Fin >>

page n°4 sur 14
FACEBOOK like
Recherche
Mots-clés